Le textile et la vente par
correspondance à Roubaix :
une vieille histoire …

Archive : Panorama de la rue de la gare, actuellement avenue Jean-Lebas, carte postale

Roubaix, capitale française du textile

C’est en 1469 que Charles le Téméraire donne le droit à Pierre de Roubaix de « licitement draper et faire drap de toutes laines »1. Les ateliers textiles se développent alors rapidement tout au long des XVII et XVIIIème siècles.

C'est ainsi qu'au début du XXème siècle, Roubaix et Tourcoing deviennent la capitale française du textile, avec plus de 110000 salariés.

L'essor de la vente par correspondance

Archive : Établissements Aron frères et Cie, vue des magasins, détaillant textile

En 1920, La Blanche Porte démarre la vente par correspondance de draps de lits.

En 1922, les filatures de La Redoute se reconvertissent dans la vente de laine à tricoter par petites annonces. Elles vendront en 1924 près de cinq tonnes de pelotes de laine par jour.

En 1932, la filature des 3 Suisses décide elle aussi de vendre directement à ses clientes la laine à tricoter qu'elle fabrique.

Le saviez-vous ?

La société des 3 suisses tire son nom d'un bistrot proche de son ancien siège, tenu par Monsieur Suys, qui avait trois filles. Petit à petit, les habitués de ce troquet prirent l'habitude de dire qu'ils allaient « aux trois Suisses ».

C’est en 1943 que Gérard Mulliez (futur créateur d’Auchan) lance Phildar. Le nom vient des magasins nommés « Au fil d’Art ».

Aujourd'hui…

Archive : Roubaix, rue de la gare, actuellement avenue Jean-Lebas, carte postale

La VPC traditionnelle se modernise et se reconvertit en masse dans le commerce en ligne.

En lançant son site de vente en ligne, la boutique « Aux Tissus de Roubaix » souhaite s'inscrire dans cette tradition roubaisienne de la vente de textile par correspondance.

En savoir plus

  • 1 La Charte des Drapiers, Charles le Téméréraire, 1469, Document.